Mood

Le jour où j’ai découvert la sex addiction en ligne

18 juillet 2018

Découvert, hein, je n’ai pas dit « pratiquer » !  Je serais plutôt du genre sex addiction mais avec une seule et unique personne, on ne se refait pas.

Mais c’est justement parce que pour moi le sexe ne s’entend (pratiquement) qu’avec la personne qui fait vibrer mon cœur que j’ai l’impression, depuis que je suis à nouveau célibataire, de débarquer de la lune.

le jour où j'ai découvert la sex addiction en ligne

Jusque là j’avais l’impression que les couples autour de moi essayaient de faire rimer amour avec toujours, avec plus ou moins de succès et avec plus ou moins la même personne. Je n’avais donc aucune idée de ce qui m’attendait de l’autre côté du mur. Je m’imaginais que ce serait plutôt simple de pouvoir recommencer une histoire à zéro avec quelqu’un, que je pourrais m’enflammer à nouveau comme à 20 ans, que j’étais encore suffisamment jeune et libre pour pouvoir en profiter, et que c’était plus ou moins cette conception de la vie qui habitait la plupart des nouveaux célibataires qui allaient croiser ma route. Bref ! J’étais prête pour la grande aventure !!

On ne rigole pas, please !!

Il m’a donc fallu un certain temps pour atterrir ou plutôt “imploser” en plein vol. Déçu

Parce qu’en réalité, en lieu et place de célibataires heureux de vivre, je suis plutôt tombée sur une nuée d’hommes en déroute, amers, égocentriques et obsédés par l’utilisation intensive de leur petit (ou gros) appareillage avec un maximum de partenaires et qui ne voulaient surtout pas s’engager. Et oui, à 40 ans on retrouve les mêmes qu’à 20 ans, ils ont juste vieillis, moins de cheveux et perdus leurs abdominaux, pour le reste, ça n’a quasiment pas évolué. Sauf que comme ils sont plus près de la fin que du début, ils mettent encore plus d’énergie pour trouver des occasions de s’en servir.

Bon, on peut dire qu’ils ont de la chance parce qu’entre temps, le monde a bien changé et les sites de rencontres font 80% du boulot. Désormais ils ont juste à se bricoler un petit profil attractif (ou du moins d’après la définition de ce qu’ils estiment attractif pour une femme et là, ce n’est pas toujours gagné) et ils deviennent les rois du monde.

Le truc c’est que toi tu es une fille et donc tu fais la distinction entre un site fait pour faire des rencontres sensément sérieuses pour construire quelque chose et un site de plans Q, (d’autant que des sites spécialement dédiés aux rencontres sexuelles, ce n’est pas ce qui manquent). Mais du côté des hommes c’est beaucoup moins clair ! Il est donc normal qu’ils viennent chercher des plans Q auprès de femmes qui n’en cherchent pas … Chercher l’intrus …    Bref ! C’est un peu comme si tu décidais d’aller acheter le pain chez le cordonnier, ça ne te viendrait pas à l’idée puisqu’il existe des boulangeries, mais pour un mec (qui n’a certainement pas l’habitude de faire les courses) à priori ça l’est ! Va comprendre la logique masculine ! Sourire

Une fois cette étape franchie et comprise, j’ai découvert que pour certains (et nombreux spécimens), la fréquentation des sites de rencontres, c’est totalement addictif ! Et oui, quand tu es seul chez toi le soir, scroller des profils ça a un petit côté voyeur qui ne se l’avoue pas et puis, on peut toujours liker, flasher, matcher … sait-on jamais et voir ce que ça donne. Après il y a l’adrénaline de la première rencontre, du premier baiser, de la première nuit…  Et quand on prend l’habitude, on ne peut plus se passer de son petit shut quotidien de Meetic, Tinder, Badoo et des rencontres qui en découlent … Il n’y a qu’à regarder, certains profils masculins ont carrément loué une résidence secondaire sur certains sites de rencontre : plusieurs années après, tu les y retrouves, égaux à eux-mêmes, essayant toujours de te faire croire qu’ils n’ont pas encore rencontré l’âme sœur mais prêts à te rencontrer le soir même pour découvrir IRL la femme unique que tu sembles être (pas la peine de discuter trop longtemps en ligne, ta discussion n’est pas forcément ce qu’ils recherchent). Ou pire, parfois ils ne recherchent QUE ta conversation, du moment qu’elle prend rapidement un tour sexuel et qu’ils atteignent quelques sommets orgasmiques virtuels juste sur un aperçu de ta photo et de quelques phrases explicites tapées à la va-vite sur le clavier du smartphone. A quoi bon sortir de chez soi et payer un verre ou un resto alors qu’on peut « régler » tout ceci rapidement sans passer par la case rencontre). Parfois, on se voit pour de vrai et les choses s’emballent. Un début de relation semble s’engager quand tu découvres que monsieur ne prend surtout pas le risque d’effacer son profil, ni même de le rendre invisible (ce serait certainement beaucoup trop de boulot) pour pouvoir se remettre en chasse dès que ce sera nécessaire. Quand il ne continue pas purement et simplement à se connecter quotidiennement pour ne pas perdre la main, ou laisser passer une autre occasion.

J’en serais bien resté là de mes constatations et interrogations mais l’autre soir j’étais au restaurant à Paris avec mon ami Superman et l’un de ses potes et je ne sais pas comment, ni pourquoi,  mais la conversation a dérapé sur les addictions. Un homme qui dînait seul à une table toute proche de la notre et qui avait manifestement envie de se faire des amis a commencé à engager la conversation avec nous (tout en me fixant intensément, histoire certainement que je comprenne bien qu’il ne serait pas contre l’idée de terminer cette passionnante conversation à deux). En grand spécialiste, il nous a alors confirmé que certains hommes (ses potes, quoi ! ) sont complètement addicts aux rencontres en ligne. Qu’ils passaient sans état d’âme d’une fille à l’autre depuis des années sans jamais se fixer et que c’était devenu une addiction comme une autre. J’eus ainsi confirmation du même coup de la triste réalité qui pouvait m’attendre si l’envie de réitérer ce genre d’expérience me prenait à nouveau et je gigotais sur ma chaise un peu mal à l’aise, avec la douloureuse impression d’être un petit lapin en face d’un prédateur qui risquait de se faire dévorer tout cru lors d’un moment égarement ou pour excès de consommation de Spritz (c’était un resto italien, ceci explique cela). J’ai alors pensé intérieurement qu’il avait l’air d’en connaitre un rayon pour un prétendu homme marié…

Quoi ? Même les hommes (encore) mariés de ma génération sont aussi (ou déjà) en chasse en ligne alors que toi tu débarques tout juste de ta planète ? L’homme est un chasseur et un aventurier, il a eu tôt fait de comprendre quels avantages il pouvait retirer des rencontres en ligne, c’est certainement l’une des grandes différences entre hommes et femmes : nous, on y vient lorsqu’on ne peut plus faire autrement.

Là dessus Superman m’explique doctement que ce sont les gays qui ont “inventé” les sites de rencontres pour pouvoir se géolocaliser et se rencontrer plus facilement …et que nous, les hétéros on est à la ramasse. Et puis, on n’a pas encore leur liberté sexuelle : les couples gay se font et se défont rapidement et surtout consomment sexuellement de façon addictive… Ah bon ? J’avais pourtant déjà l’impression que chez les hétéros, on était bien parti pour prendre le même chemin …

Le type s’est levé, m’a tendu sa carte et a pris congé en prenant la peine de m’indiquer qu’il était souvent par ici (en formation, sans sa femme, forcément !) mais que de toute façon on vivait tout près l’un de l’autre sur Toulouse, et qu’il serait bien dommage de ne pas se revoir. Mais bien sûr !! …. Encore ébahie et perplexe, j’entends Thomas, le gentil pote de Superman me glisser :“Ben voilà ! Tu vas pouvoir l’appeler pour t’offrir un peu de sexe torride”.

Et oui, c’est si simple, pourquoi est-ce que je me prends la tête, hein ^^ ? Confiant un secret

 

PS : Article écrit il y a déjà plus de 2 ans mais qui était resté dans mes “cartons”. Je trouvais sympa de le publier aujourd’hui avec le recul et pour les filles nouvellement célibataires et aussi “naïves” que je l’étais à ce moment là. Après j’ai bien conscience que du côté féminin, ce genre de comportement addictif existe aussi…

L’histoire ne dit pas si j’ai contacté ou pas le prédateur, ni même si certains soirs de désespoir et de solitude cosmique je ne me suis pas dit “et puis, merde, pourquoi pas !!”, ou si la curiosité a été plus forte que tout …  Se tordre de rire

Mais depuis j’ai fait du chemin, un peu moins naïve, un peu moins coincée aussi ou idéaliste, et finalement davantage portée sur les expériences que je ne l’étais à ce moment là ce qui rend (pour moi) cet article un peu particulier car c’est toujours émouvant de se (re)découvrir « innocente ». Mais inutile de chercher mon profil sur les sites de rencontre, il y a longtemps que je n’y suis plus …

Par contre, ce qui n’a pas changé, c’est que la rencontre qui me fait vibrer reste la seule chose qui m’intéresse vraiment Clignement d'œil

 

Blogueuse curieuse de tout qui a décidé de suivre son intuition
Ce blog est mon espace de partage sur ce sujet (et d’autres) où j’espère pouvoir vous donner envie de vous faire confiance.
J’aime rire, le vintage, le boho, les livres, manger et apprendre. Welcome to my world ! ♥

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Ingrid Dussart 18 juillet 2018 at 11 h 26 min

    Intéressant de voir que l homme n evolu pas… mais il ne faut pas se voiler la face ….un homme ne change pas et encore moins après la crise de la quarantaine.
    Après une séparation de presque un an , j’ai connu une personne qui sait inscrite sur tous les sites de rencontres ….. Malgré un « rabibochage »avec sa partenaire, mère de ses enfants . ..ce monsieur est resté inscrit sur ces sites pour hommes déprimés…..et faisait payer ses abonnement avec la facture de téléphone à Madame…… voilà l homme dans toute sa splendeur. Tu pourras remettre ton article dans dix ans, je ne pense pas qu’il y aura une quelconque évolution.
    Merci Emma j’ai passé un bon moment

    • Reply Emma 18 juillet 2018 at 16 h 38 min

      Coucou Ingrid
      En fait je n’ai pas écrit ce post pour tirer une généralité sur les hommes, c’était juste un article mood écrit à un instant T de ma vie. Mais intéressant car il montre ma « candeur » du moment et l’impression que j’ai eu que finalement les relations homme/femme c’était un peu la « jungle » et que je n’étais absolument pas préparée à ça. Mais je continue de croire que tout dépend des hommes, j’ai aussi fait des rencontres sympas, heureusement :-).
      Mais c’est certain que de pouvoir se connecter facilement à une « offre de femmes », à pour certains, un effet attractif et addictif.. d’où effectivement des tristes comportements du style de celui que tu cites. Mais selon les témoignages de certains hommes, les femmes ne sont pas en reste non plus 🙂
      Il faut juste être vigilant à la qualité de ses rencontres, même si c’est plus facile à dire qu’à faire.
      Merci beaucoup pour ton commentaire, il s’agissait effectivement simplement de passer un bon moment en le lisant ;-)♥

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :