Lectures, Lifestyle, Organisation

L’art du rangement : ranger pour retrouver de l’énergie

28 décembre 2018
Minimalisme, rangement, comment ranger, désencombrer, vivre mieux, bien-être, s'organiser

L’année 2019 se profile et avec les bonnes résolutions…

Enfin à vrai dire, je n’y crois pas aux bonnes résolutions mais comme je suis un peu maniaco dépressive, j’aime bien les points d’accroche qui permettent de démarrer un nouveau projet : genre le premier jour de la semaine, le 1er janvier… Bref j’imagine que vous aussi vous êtes assez familier de ce principe ! Winking smile

La nouvelle année a déjà commencé pour moi avec le solstice d’hiver (nuit du 21 décembre pour cette année)  puisque désormais je suis les cycles de la lune pour optimiser mon énergie : celui qui ne croit ou ne tente rien, n’obtient rien ^^

Aujourd’hui j’aimerais parler d’un sujet qui me tient à cœur dans notre société de surconsommation, c’est le problème de l’encombrement. Parce que c’est un problème non seulement en terme de préservation de la planète mais aussi parce que la plupart d’entre nous, souffrons de maux occasionnés par le stress que génère cette accumulation. Et je ne parle pas seulement de tâches ménagères ! Mais de mal-être ! Le problème c’est que le marketing nous bombarde depuis l’enfance de “maisons du bonheur” pleine d’objets, qui ont en plus tendance à se transformer aujourd’hui en objets connectés. Le bonheur dépendrait de la possession ou non de ces objets, alors on accumule pour être heureux. Que les objets ne génèrent qu’un plaisir éphémère c’est déjà une chose, le problème c’est que dans une phase 2, l’accumulation coûte de l’argent, du stress et du désordre auquel il faut sans cesse remédier. Mais on a aussi intégré qu’il était normal de passer beaucoup de temps à déplacer, ranger, nettoyer tous ces objets en nous pompant une énergie qu’on pourrait dépenser ailleurs.

Mais peut-être que comme moi vous êtes allergique au mot “minimaliste” qui laisse supposer que nous devrions vivre comme des moines bouddhistes. Mais en même temps vous sentez bien que quelque chose ne va pas bien, que vous avez beau vous dire que vous avez tout pour être heureux mais que ce n’est pas ça…

Ranger peut-être une première solution.

Enfin je le crois pour l’avoir déjà expérimenté ( j’y reviens un peu plus loin). Car en acceptant de se délester du superflu qui encombre nos vies et nos esprits, on fait plus que ranger, on gagne un sentiment de légèreté, de liberté, d’accomplissement incroyable qui permet ensuite d’avoir le courage et l’enthousiasme nécessaire pour s’attaquer aux autres domaines de sa vie.

En un mot, si vous vous sentez bloqué, irrité, fatigué, épuisé, au bout de votre vie, sans envie, démotivé : triez et videz car cela fait partie d’un cercle vertueux qui risque de vous surprendre.

Mais il faut le faire en profondeur et véritablement, c’est pourquoi il y a aussi besoin de comprendre non seulement d’où vient l’accumulation pour éviter de tomber à nouveau dans son piège, mais aussi d’avoir une vraie méthode pour faire de la place sinon on fait les choses en surface et on se contente de déplacer des objets sans s’alléger de rien.

Honnêtement il y a 10 ans, le livre de Dominique Loreau L’art de la simplicité m’avait déjà sauvé la vie mais au bout d’un moment ma vigilance a baissé et j’ai recommencé à accumuler. Et malgré quelques tentatives infructueuses, impossible de m’y remettre !! Depuis 4 ans, j’avais carrément lâché l’affaire car je n’arrivais même plus à résoudre les petits trucs communs de la vie de tous les jours ! Alors trier, faire mes papiers et tous ces choses que je n’aime pas faire et bien je tâchais d’y penser le moins possible et j’entassais tous dans des cartons, ma penderie ou chez mes copines en attendant de trouver un jour l’énergie de m’y remettre.

C’est ainsi, dans la vie il y a parfois des moments où faire certaines choses devient carrément insupportables. Dans mon cas je l’avais trop fait dans ma vie antérieure, trop de charge mentale, trop d’énergie à m’occuper des autres qui comptaient beaucoup trop sur moi, un genre de burn-out domestique : je ne voulais plus en entendre parler. J’ai pris quelques affaires, un petit appartement, commencé une nouvelle vie et j’ai eu l’impression de revivre. Sauf qu’un jour, il faut accepter de liquider tout ce qu’on a laissé derrière soi parce qu’en fait on ne devient vraiment libre dans sa tête que ce jour là. C’est drôle comme les choses matérielles nous rattachent au passé même quand elles ne sont pas là. Et ne pas vouloir le voir c’est comme rouler avec le frein à main, il y a un truc qui gêne !

J’avais donc lu “La magie du rangement” de Marie Kondo que j’avais trouvé pertinent sur certains points mais qui me rebutait. Je la trouvais trop extrémiste. Et puis, j’adore les fringues et les bouquins, je ne pouvais absolument pas adhérer à sa vision minimaliste sans renoncer à trop de choses qui me font plaisir au nom de l’ordre et de l’allègement de mon esprit. J’ai bien dû essayer dix fois de trier mon dressing et ma bibliothèque sans réel succès. Je n’ai réussi qu’à me séparer de quelques pièces dont une que j’ai pleuré pendant des mois parce que je ne comprenais pas comment j’avais pu m’en séparer alors que désormais elle m’apparaissait comme indispensable.

Je pense juste que je n’étais pas prête.

Quand sait-on que l’on est prête ?

C’est toujours la même réponse lorsqu’il s’agit de changer efficacement : quand le sentiment d’inconfort, de mal-être est tellement important qu’il en devient insupportable et que pour en sortir il faut agir ou accepter de se laisser engloutir.

J’en étais là depuis des mois, bloquée dans tout ce que je faisais car débordée par tout ce que je n‘arrivais pas à gérer: le désordre, les problèmes et les papiers mis au placard, les vêtements dispersés ou entassés, je ne savais même plus ce que j’avais, alors parfois je rachetais ce que je possédais déjà. Depuis 4 ans je n’avais plus aucune envie de m’habiller alors que j’ai quand même fait une formation de conseillère en image et que j’adore la mode, allez comprendre … Je traînais en jean basket tout le temps, la candidate parfaite pour Cristina ! XD

A cela ce sont ajouté les livres !

Mais je bloquais car je ne voulais AB-SO-LU-MENT pas renoncer, ni à mes livres, ni à mes fringues (ouiii, je crois que vous avez compris !! XD)

Et puis, j’ai lu Faites de la place de  Regina Wong qui reprend la même philosophie et les méthodes de Marie Kondo mais avec plus de souplesse, c’est la version Lagom. Et notamment elle explique que le minimaliste ce n’est pas tout ou rien, il n’y a pas de règles dictant le nombre d’objets que l’on peut ou doit garder et surtout qu’il faut prendre en compte le bonheur que l’on retire de posséder certaines choses. Ce qui est à bannir c’est d’accumuler, d’avoir une maison pleine d’objets mais on peut avoir une passion qui nous rend heureux et lui laisser de la place chez soi, l’idéal étant d’avoir un endroit où organiser cette passion, telle une jolie bibliothèque pour les livres ou un dressing bien organisé pour ses vêtements. Ce qui est à bannir finalement, c’est le fouillis. Du coup, je me suis sentie beaucoup plus disposée à ranger car je suis bien consciente que je me sentirai beaucoup mieux après.

 

Comment ranger et désencombrer

 

Comme vous allez le voir ça a l’air évident de ranger mais cela nécessite quand même un minimum de méthode, notamment pour les objets qui peuvent poser problème comme les vêtements et les livres avec lesquels on noue une relation passionnelle.

Pour ma part, j’ai utilisé les 3 livres cités ci- dessus pour m’aider à faire du tri. Et j’ai d’ailleurs acheté la version manga de “La magie du rangement illustrée” de Marie Kondo car les images m’ont souvent aidé à avoir le déclic ou à plier notamment correctement mes vêtements et c’est plus facile pour passer à l’action.

 

– Regina Wong conseille de s’en tenir à 3 mois maximum pour tout désencombrer et tout réorganiser chez soi car il faut le faire le plus vite possible pour que cela provoque des changements importants en nous qui vont se propager dans les autres domaines de notre vie. Car il ne faut pas que le changement soit trop imperceptible, on doit rester dans une certaine dynamique. Et puis surtout il faut aller jusqu’au bout !

Dans mon cas les 3 mois ne seront pas de trop et je pense même qu’il va me falloir me bouger le popotin pour tout clôturer dans les délais !! Mais je trouve le challenge hyper motivant ! Et qu’est ce c’est que 3 mois dans une vie si après on peut avancer gonflée à bloc d’énergie ?

 

Ranger par catégories d’objets et non par pièces car tout est souvent dispersé. Donc tous les livres, tous les vêtements, les photos  en même temps …

J’avoue qu’à la base ça ne me plaisait pas trop de procéder comme cela, j’aurais clairement préféré faire par pièces, mais j’ai commencé avec les vêtements et j’avoue que j’ai eu de sacrés surprises quand j’ai tout regroupé ! Genre j’avais 10 pulls à col roulé noirs (alors que je pensais en avoir un ou deux), une énorme pile de tops blancs à fines bretelles neufs (alors que je prévoyais d’en racheter pour le printemps) et je passe sur le reste …

 

Ne garder que ce qui te donne de la joie. Bien sûr on élimine d’office tout ce qui est trop petit, défraîchit, ce que l’on garde pour le jour où l’on perdra du poids (car si jamais ça arrive on sera de toute façon une autre personne et on voudra se relooker), mais après il reste tout le reste et c’est là que ça devient plus difficile. Car oui c’est compliqué de décider ce que l’on garde et ce dont on accepte de se séparer surtout qu’on l’a acheté. On est conditionné pour “garder au cas où”, on a peur de regretter … Je n’avais pas trop compris le concept au départ en le lisant mais en l’appliquant cela devient évident. Pour chaque objet, tu le regardes, tu le touches et tu te demandes si tu éprouves du plaisir à son contact. C’est hyper efficace ! Il y avait des vêtements que je gardais, incapable de m’en séparer parce qu’il sont neufs, ou parce que je sais que c’est un vêtement tendance ou qui va le redevenir, mais je m’aperçois que si je résonne en plaisir de le porter et bien je peux réaliser que je tiens à ce vêtement mais qu’en fait je n’ai en réalité plus aucune envie de le porter. Se visualiser avec et ressentir le sentiment de plaisir ou non qu’on en retire est particulièrement parlant. Mais cela permet aussi de garder certaines choses improbables mais qui nous procurent ce sentiment et dont on se serait débarrassé pour être raisonnable. J’ai par exemple un pyjama doudou Petit Bateau hyper confortable et en excellent état que j’adore porter l’hiver. Il n’est absolument pas sexy mais que j’ai décidé de conserver (au fond de mon tiroir) juste parce que je sais le plaisir régressif que j’ai à le mettre quand je suis seule et qu’il aurait été dommage de m’en priver.Open-mouthed smile

 

– Plier ses vêtements au lieu de les mettre sur cintres

Alors là on touche au sacré pour moi qui fantasme littéralement sur les mises en place des magasins de mode et rêve de recréer ce genre d’atmosphère dans mon dressing. D’ailleurs qui n’en a pas rêvé en achetant sa solution dressing chez IKEA, me jette la première pierre ! C’est aussi pour ça que je ne voulais pas utiliser la méthode Marie Kondo, elle te fait tout plier, autant dire que c’est insupportable !!!

Oui sauf qu’à l’usage, c’est juste la cata ! Surtout si tu as beaucoup de vêtements !

Mais je me suis dit que vu la situation ça ne pourrait pas être pire, j’ai donc accepté de trier et de plier. Sur toute cette partie, vêtements (et aussi livres), je me suis aidée du manga “La magie du rangement” : soit pour apprendre à plier les différents vêtements, soit pour relire vite fait certains passages pour affirmer ma volonté ou pour que ce soit plus clair (notamment pour comprendre ce concept de tri en fonction de la joie que cela te procure). Visualiser la situation avec la BD m’a aidé à prendre conscience de ce que je pourrais vivre/ressentir en faisant ces choix plutôt que de m’agripper désespérément à mes vêtements. Honnêtement j’ai passé une journée entière, juste pour trier et plier le contenu de mes tiroirs et je me désespérais complètement devant l’ampleur de la tâche mais le résultat m’a complètement reboosté. Oui désormais mes vêtements sont pliés mais pour la première fois je les vois tous d’un seul coup d’œil ! Plus la peine de soulever d’énormes piles pour savoir ce que j’ai et je ne peux plus oublier que je possède tel vêtement. Il me reste les penderies à trier mais j’avoue que  je ressens déjà un tel soulagement que je le fais beaucoup plus facilement. J’arrive à voir en quelques secondes ce que j’ai envie de garder ou ce dont je peux me séparer. Je m’aperçois que je gardais plein de choses qui ne me correspondent plus vraiment, pire, mon esprit a désormais envie de changement, de rompre avec toutes ces choses qui me ramènent en arrière. Bref ! Ça marche au delà de mes espérances ! Après une laborieuse journée à lutter contre moi-même, j’ai enfin le déclic “on fait de la place” !

 

– Ne plus séparer les vêtements d’été ou d’hiver

Les différentes auteures ne sont pas d’accord sur cette question. Pour Marie Kondo, il ne sert plus à rien de séparer compte tenu de nos modes de vie actuels et cela complique les choses. Il suffit de ranger et trier intelligemment.

Pour Dominique Loreau qui est d’une autre génération, il faut séparer car ça évite la confusion quand on ouvre sa penderie.

Donc à vous de voir ce que vous préférez et comment vous vivez. Personnellement je ne sépare pas car je porte indifféremment les mêmes vêtements toute l’année à part les blousons et certaines robes et je ne suis pas assez disciplinée pour faire des changements de saison dans ma penderie, ça me compliquerait la vie. Mais chacun est différent et il faut faire comme ce qui vous semble le plus simple pour vous parce que ça peut être aussi une question de place, les vêtements d’hiver prennent aussi plus d’espace.

 

Composer une dizaine de tenues dans sa penderie pour ne plus avoir à stresser sur quoi mettre au dernier moment.

Dominique Loreau dans “L’art de la simplicité” conseille d’avoir une garde robe épurée, de privilégier le beige, gris, noir, blanc et d’avoir une douzaine de tenues assorties pur se simplifier la vie. De privilégier les vêtements bien coupés et intemporels aux pièces tendances. J’avoue que l’idée est tentante pour qui ne veut plus se soucier de savoir comment s’habiller le matin tout en étant élégant. Mais si comme moi vous aimez la mode et la couleur, c’est juste la déprime complète s’il faut suivre ce conseil. Seulement quand quelque chose représente une passion, on a le droit d’y consacrer de la place et de l’énergie puisque ce n’est pas une source de stress mais de plaisir. Le tout c’est d’avoir un endroit organisé (en cours) et de composer tranquillement ses looks en amont plutôt qu’au dernier moment en urgence (énergivore !). J’ai une de mes copines qui rêve que quelqu’un lui compose ses tenues dans sa penderie pour être hyper stylée et n’avoir plus qu’à s’habiller sans réfléchir chaque matin. Je trouve que c’est une excellente idée pour organiser sa penderie que de composer une dizaine de tenues et de ne plus avoir à se poser de questions le matin en partant travailler. Il suffira ensuite de régulièrement en composer de nouvelles. Ce sera l’étape suivante !

 

Vous l’avez compris, je ne suis qu’au début de ces 3 mois de désencombrement mais je sais que cette démarche est la bonne. Bien sûr tout le monde sait que ranger, trier, s’alléger est une bonne chose ! Pour certains ça peut permettre d’avoir le déclic suffisant pour ensuite s’attaquer à d’autres domaines de leur vie. J’ai fait l’inverse, j’ai commencé par changer des choses dans les autres domaines de ma vie mais je me suis retrouvée à un moment bloquée, incapable d’avancer parce que trop lourde mentalement de tout ce que j’avais délaissé et refusé de mettre en ordre. Les objets matériels qu’on laissent nous envahir tout comme ce qu’on ne fait pas, occupent une place invisible mais énorme dans un repli de notre cerveau. Alors il existe plusieurs chemins pour avancer dans la vie mais à un moment où un autre, il faut passer par cette case pour se libérer de ce boulet mental. C’est une question d’énergie ! On ne le dit jamais mais nous possédons une énergie quotidienne limitée et chaque décision la plus minime que l’on prend, puise dedans (genre : chercher quoi mettre, ses clefs égarées au fond du sac, les papiers à remplir oubliés …). Avoir moins de choses, c’est avoir moins de décisions à prendre, plus d’énergie pour ce qui est essentiel, plus de liberté, plus de place pour la créativité.

Voilà j’ai essayé de vous communiquer l’essentiel pour commencer et peut-être pour certains d’entre vous de démarrer 2019 avec quelque chose de plus concret et puissant que le fameux “cette année je vais à la salle de sport”. Il est même possible que ranger vous mène aussi à l’envie de vraiment prendre du temps pour vous, pour bouger davantage, c’est un de ses effets magiques !

Je vous explique pas comme 2019 va déchirer !! Open-mouthed smile

 

PS : J’ai utilisé ces trois livres parce que c’est une démarche commencée il y a déjà 10 ans et qu’il faut sans cesse réactiver mais un seul livre suffit largement et ils sont tous d’égale qualité.

 

L'art de la simplicité - Dominique Loreau

ACHETER SUR AMAZON

 

Faites de la place - Regina Wong

ACHETER SUR AMAZON

 

La magie du rangement illustrée - Manga - Marie KondoLa magie du rangement - Marie Kondo

ACHETER SUR AMAZON

Blogueuse curieuse de tout qui a décidé de suivre son intuition
Ce blog est mon espace de partage sur ce sujet (et d’autres) où j’espère pouvoir vous donner envie de vous faire confiance.
J’aime rire, le vintage, le boho, les livres, manger et apprendre. Welcome to my world ! ♥

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Anne-France 29 décembre 2018 at 21 h 10 min

    Merci pour cet article super intéressant et inspirant
    J’ai déjà des livres de Dominique Loreau mais je ne sais plus si l’art de la simplicité en fait partie, alors j’en profite pour tenter ma chance d’en gagner un exemplaire
    Bon WE Emma !

  • Reply Ode des Anges 6 janvier 2019 at 14 h 28 min

    Très intéressant, j’envisage la même démarche et y a quelques années j’avais lu « faire le ménage chez soi, faire le ménage en soi » de Dominique Loreau que j’avais apprécié pour une vision différente sur le sujet.
    Par ton article, je viens de découvrir que « la magie du rangement » existait en illustré et j’ai très envie d’aller me l’acheter dès demain.
    Pour info, je suis tombée hier soir sur Netflix sur « L’art du rangement par Marie Kondo », très américanisée certes mais intéressante 🙂
    Pseudo Instagram : odedesanges

  • Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :